Découverte du cinéma expérimental à Val d’Anast

 

 

L’association Léo Lagrange, qui a en charge la gestion et l’animation des accueils de loisirs et jeunesse sur le territoire de Vallons de Haute Bretagne Communauté, met en place un projet original de découverte du cinéma expérimental.

L’animatrice jeunesse, Vanessa Amond, sillonne tout d’abord les communes alentours pour chercher les jeunes chez eux et les amener sur le site de l’atelier à Maure de Bretagne. L’intervenant, Simon Guiochet, est un cinéaste qui crée dans le champ du cinéma expérimental. Passionné de pellicule il défend avant tout l’intervention directe sur l’image et le son.

Ainsi le groupe aura au préalable découvert les principes fondateurs de l’image en mouvement grâce à la fabrication de jeux optiques, avant de pratiquer le grattage et la peinture sur pellicule. Malgré la minutie et la patience que demande l’intervention sur des pellicules 16 mm, Chloé, Sulivan, Evan, Noam et Romain ont composé des boucles d’images autour du thème des saisons.

A notre arrivée, deux projecteurs 16 mm sont installés dans la salle.  Nous assistons à une session de montage en direct à partir de deux boucles projetées simultanément. Les fondus sont créés à la main, les superpositions se font par alternance entre les deux projecteurs, les effets sont produits avec différents objets à disposition : gélatines de couleur, loupe… Simon Guiochet a ajouté à ses projecteurs des dispositifs qui permettent de faire varier la vitesse de projection et nous avons la chance d’assister à la fonte d’un petit bout de pellicule. Heureusement nous ne sommes pas dans « Cinéma Paradiso » et le cinéma ne prend pas feu… Le son est également produit de manière toute artisanale, avec des instruments de musique mis à disposition. Pour être tout à fait dans le ton, le réalisateur a également amené un synthétiseur analogique de fabrication maison.

L’animatrice et le coordinateur jeunesse de l’association Léo Lagrange sont fier*es d’avoir pu proposer un projet de cette envergure grâce au soutien du dispositif Passeurs d’Images. Soulignons également la persévérance de toute l’équipe qui est parvenue à reprogrammer le projet malgré la crise sanitaire, ainsi que l’assiduité sans failles de nos cinq jeunes masqués, qui pourront présenter le résultat de leurs travaux au cinéma l’Alliance de Guipry-Messac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *