Cycle 2

1er trimestre

Chaplin-Charlie-Kid-The_01Le Kid, 1h08 Comédie dramatique muette de Charles Spencer Chaplin ,1921, Etats-Unis, noir et blanc

Résumé
La mère d’un jeune enfant, ne pouvant le faire vivre, décide de l’abandonner dans la voiture d’une famille fortunée. C’est alors que deux voyous décident de voler cette même voiture. Quelques rues plus loin, les voleurs entendent pleurer le bambin. Ils l’abandonnent dans une ruelle où passe un peu plus tard Charlot, un vitrier miséreux. Gêné par sa découverte, il tente d’abord de s’en défaire, avant de s’attacher à lui. Il l’éduque de son mieux, malgré les conditions difficiles. Cinq années passent ainsi dans la débrouillardise, mais surtout l’amour et la tendresse.
Malheureusement, les services sociaux s’en mêlent… De son côté, devenue riche, la mère de l’enfant cherche à retrouver son fils.
Analyse
Charlot bouffon, charlot le vagabond, Charlot le dandy déchu qui fait la nique au policier trouve ici son double parfait : un enfant de cinq ans qui gambade sur les routes de la transgression de l’ordre social avec le même évident bonheur que son complice. Tous les enfants se retrouveront dans cette énergie à l’état pur que Charlot et le kid mettent à survivre, à se nourrir, à se défendre.

2ème trimestre

totoroMon voisin Totoro, 1h26

Film d’animation – Aventures d’Hayao Miyazaki, 1999, Japon, couleur
Résumé
C’est une histoire d’après-guerre, et d’avant l’invention de la télévision : située quelque part entre 1945 et 1955 au Japon. Pour se rapprocher de leur mère, en convalescence dans une maison de repos à la campagne, deux petites filles, Satsuki, quatre ans, et Mei, son aînée, s’installent avec
leur père, sous le soleil de l’été, dans une maison en pleine nature au milieu des rizières. Le père
part travailler la journée, et les fillettes découvrent un nouvel univers. La voisine : une vieille
dame ; les « noiraudes » : à la fois esprits de la maison, insectes et illusions d’optique ; un garçon
de leur âge : Kanta. Un soir sous la pluie, en attendant longuement leur père à un arrêt d’autobus
perdu dans la nuit et au milieu des arbres, la grande soeur voit et communique avec un totoro qui grogne gentiment, un être qu’elle pensait imaginaire parce que sa cadette l’avait découvert avant elle, endormi au fond d’un labyrinthe végétal, sous un camphrier géant. Il s’agit d’un être
fabuleux, un « fantôme de transition » qui ne ressemble qu’à lui-même et dont le mythe
commence quand on voit ce film. C’est Totoro et le chat-autobus, invisibles aux adultes, qui
guériront les fillettes de l’absence de leur mère et des douleurs qui s’ensuivent : une fugue, les
désespoirs et consolations provisoires des enfants.
Mots clés
Amitié, rêve, cadet/aîné, nature, envol, hôpital, fugue, animal, fabuleux, vie quotidienne, province,
déménagement

3ème trimestre

peau-anePeau d’âne

1h29 Conte de Jacques Demy, 1970, France, couleur
Résumé
En mourant, l’épouse d’un roi lui fait jurer de n’épouser qu’une femme plus belle qu’elle. Le Roi s’enferme dans le veuvage, puis se décide à envoyer des messagers lui rapporter des portraits de princesses à marier. Un seul portrait retient son attention : celui de sa propre fille, qu’il n’avait pas reconnue. Il déclare vouloir l’épouser. Effrayée, la Princesse vient demander conseil à sa marraine la Fée, qui semble avoir un contentieux avec le Roi. Après trois échecs consécutifs (la confection, comme gage d’amour, de trois robes que la Fée croyait irréalisables), la Fée conseille à la Princesse de demander à son Père la peau d’un âne miraculeux, qui défèque de l’or, « l’âne-banquier ». Nouvel échec: le Roi apporte à sa fille la peau de l’âne. La Fée se résout à faire voyager la Princesse, revêtue de la peau de l’âne, pendant son sommeil. La Princesse arrive dans une métairie où elle va travailler comme souillon mais parvenir à se faire remarquer d’un Prince qui passait par là. Revenu dans son palais, le Prince est en proie à la « maladie d’amour ». Il demande que Peau d’Âne lui fasse un gâteau, ce qu’elle fait, mais en glissant dans la pâte une bague. Le Prince obtient de ses parents de faire défiler toutes les femmes du royaume pour savoir à qui appartient cette bague. Alors qu’on n’a trouvé personne, Peau d’Âne apparaît. Des noces en grande pompe sont organisées.
Analyse
Dans Peau d’âne, Jacques Demy rend avec finesse un hommage au Jean Cocteau de La Belle et la Bête. Le film est avant tout un conte. L’adaptation par le cinéaste du texte de Perrault fait appel au merveilleux bien plus qu’au fantastique. « Ici, les éléments surnaturels se produisent grâce à des puissances magiques ». Le personnage de l’impertinente fée-marraine donne au film un ton, et accentue avec grâce ce qui est finalement le thème central : « Mon enfant, on n’épouse pas ses parents… » Au chapitre de l’enchantement, les paroles des chansons et la musique de Michel Legrand, la beauté des deux jeunes gens, la robe couleur du temps, le cake d’amour…
Mots clés
Conte, couleurs, père, fée, enchantement, sentiments, costumes, chansons, décor, trucages,
gâteau, éveil amoureux, au fil de l’eau, fugue, prince/princesse, étrange

Cycle 3

1er trimestre

Chaplin-Charlie-Kid-The_01Le Kid,

Comédie dramatique muette de Charles Spencer Chaplin ,1921, Etats-Unis, noir et blanc, 1h08
Résumé
La mère d’un jeune enfant, ne pouvant le faire vivre, décide de l’abandonner dans la voiture d’une famille fortunée. C’est alors que deux voyous décident de voler cette même voiture. Quelques rues plus loin, les voleurs entendent pleurer le bambin. Ils l’abandonnent dans une ruelle où passe un peu plus tard Charlot, un vitrier miséreux. Gêné par sa découverte, il tente d’abord de s’en défaire, avant de s’attacher à lui. Il l’éduque de son mieux, malgré les conditions difficiles. Cinq années passent ainsi dans la débrouillardise, mais surtout l’amour et la tendresse.
Malheureusement, les services sociaux s’en mêlent… De son côté, devenue riche, la mère de l’enfant cherche à retrouver son fils.
Analyse
Charlot bouffon, charlot le vagabond, Charlot le dandy déchu qui fait la nique au policier trouve ici son double parfait : un enfant de cinq ans qui gambade sur les routes de la transgression de l’ordre social avec le même évident bonheur que son complice. Tous les enfants se retrouveront dans cette énergie à l’état pur que Charlot et le kid mettent à survivre, à se nourrir, à se défendre.

2ème trimestre

garcon-mondeLe garçon et le monde

Film d’aventure, drame, film d’animation d’Alê Abreu, 2014, Brésil, couleur, 1h20

Résumé : Un petit garçon voit son père quitter le foyer, probablement pour aller
trouver du travail loin de leur village. Puis il prend la route à son tour dans l’idée de retrouver son père. Le sinueux récit initiatique le conduit dans les grands champs où l’on récolte le coton, puis à la ville où il est traité dans des usines, et enfin dans les centres commerciaux adossés à de somptueuses résidences où la consommation fait rage. Ce parcours conduit le garçon dans les paysages magnifiques et luxuriants des champs, et sur les pas du joyeux défilé d’un carnaval bigarré, avant de l’emmener dans des parades militaires sinistres.
Analyse : Un personnage simple dans un monde complexe. Le Garçon et le monde épouse le regard de son jeune personnage en usant du passage du dessin naïf sur fond blanc à des décors extrêmement élaborés pour évoquer des réalités distinctes. Les favelas qui abritent les hommes qui travaillent dans les usines, où sont fabriqués les vêtements convoyés dans des multitudes de container depuis le port. Par un effet marabout/ bout d’ficelle, ce film presque sans parole (hormis quelque mots d’une langue imaginaire : un brésilien à l’envers) saute d’un monde à un autre et emmène le spectateur dans autant de styles de dessins différents en même temps que les types de musiques varient eux aussi. La beauté sidérante des dessins de champs de coton ou de nuit sur la favela se transforme tantôt en symphonie visuelle, hommage à la peinture sur pellicule de Norman McLaren, tantôt en une fable écologique profondément pessimiste.

3ème trimestre

rabiRabi

Récit initiatique de Gaston Kaboré, 1992, Burkina Faso/Grande-Bretagne, couleur, 1h02
Résumé
Rabi vit avec sa famille dans un village en brousse. Il joue avec ses copains et aide son père à la forge. Deux rencontres changent sa vie : son père lui demande d’aider Pugsa, vieux sage du village qui va initier le garçon au respect de la liberté de chacun et de la nature. Il lui rapporte aussi une tortue, qui a heurté son vélo. Tout à sa tâche auprès du vieil homme, Rabi lui sert de messager auprès de Tusma, son ancienne amoureuse. Mais le garçon s’occupe surtout de sa tortue, au point de négliger son travail d’apprenti forgeron. Son père s’en irrite, ramène l’animal en brousse. Pugsa, sensible au chagrin de l’enfant, l’emmène chercher une autre tortue, si grosse que Rabi peine à la porter. Il tente d’en faire un animal domestique, lui construit un enclos, la maltraite. Les moqueries de ses amis et unaffreux cauchemar rendent la raison à l’enfant qui, au terme d’une longue marche, redonne à la tortue sa liberté, non sans avoir d’abord longuement discuté avec elle. De retour, Rabi organise la rencontre de Pugsa et Tusma. Au village, la vie reprend son cours mais l’enfant et le vieil homme continuent leur dialogue.
Analyse
Rabi, film limpide, couleur de safran, est délicat comme est délicat son réalisateur, Gaston Kaboré, qui donne à voir en douceur la vie d’un enfant de dix ans, dans un pays très lointain pour nos jeunes spectateurs, le Burkina-Faso. Dire combien il est important qu’à travers l’enfant Rabi s’exprime la découverte d’une vie, d’un paysage, de coutumes, d’une économie différents de ceux du monde occidental, semble une évidence. Mais, sans doute plus important encore, est l’émergence dans ce contexte inconnu, d’une universalité des sentiments : rêve, révolte contre l’injustice d’un père, espièglerie, désir de liberté, etc. Et plus encore, la nuance personnelle de Gaston Kaboré, réalisateur-conteur, qui peint à petites touches, jamais dénuées d’humour, jamais dénuées d’amour.
Mots clés
Traditions, fable, famille, rural, respect, traditions, transmission, village, fugue, nature

Share on FacebookTweet about this on Twitter